LE CONCEPT

« 48h en scène ! » est une résidence tremplin pour jeunes compagnies théâtrales !

Les six compagnies participantes ont quarante-huit heures pour réaliser chacune une pièce de quinze minutes sur un thème donné ! Les représentations ont lieu à la fin de deux jours de cohabitation intensifs consacrés à la création, devant un public et un jury de professionnels !

Deux prix sont décernés : le Choix du Jury et le Choix du Public.


THEME & CONTRAINTES

Les compagnies sélectionnées devront produire une pièce courte de 15 minutes. La création débute lors de l'annonce du thème au début de la résidence. D'autres contraintes viennent s'ajouter au thème : le lieu, l'espace, le plan feu, les décors, les costumes...


LA RESIDENCE

Pendant toute la durée du séjour, les compagnies cohabitent. L'équipe de 48h en scène! gère l'intendance de ces quelques heures passées ensemble. Les participants n'ont pas à se soucier de l'hébergement ou de leur restauration pendant le séjour et profitent ainsi de grands moments de convivialité.



48H EN SCENE - PREMIERE EDITION


THEME : CONTRAINTE
LIEU : Théâtre de Verre
SIX COMPAGNIES : Le TAC, La Mutinerie, Singularités, Champ Libre, Les Lycaons, Kamma
LE JURY : Denis Lachaud, François Clavier, Florencia Dansilio, Catherine Vuillez, Eric Frey
LAUREAT DU PRIX DU JURY : LE TAC
LAUREAT DU PRIX DU PUBLIC : LA MUTINERIE

REGIE : Mickael Leblond
PHOTOS : Lëah Cold - Escape Picture
INTENDANCE REPAS : Myriam Gass
VIDEO : Luciole

Et bien évidemment, tous nos généreux donateurs qui nous ont permis d'atteindre 209% de notre objectif sur la plateforme Ulule.
LES COMPAGNIES LE LIEU LE JURY LES PHOTOS

FACEBOOK

Charles Meillat, Camille Voyenne et Maya Outmizguine travaillent ensemble depuis 7 ans. Ensemble, ils ont participé à la création d’une école de théâtre : le Laboratoire de Formation au Théâtre Physique, et d’une compagnie, le Théâtre du Balèti. En 2016, ils créent Champ Libre, un festival de Création Artistique Emergente qui se déroulera à Saint-Junien dans le Limousin. La même année, ils mettent en scène deux projets : Stabat Mater Furiosa de Jean-Pierre Siméon, et Carnage, une performance qui traite de la violence au sein d’une fraternité.

Le collectif chercher associer narration directe, esthétique forte et travail corporel. La matière – que ce soit du texte, de l’argile ou de la chair -, est retravaillée, amalgamée à d’autres (peinture, terre, création musicale, vidéo) afin d’aboutir à une écriture qui percute les sens.


FACEBOOK

Les Lycaons ont un seul mot d’ordre : la recherche. Par l’écriture plateau ou les textes du répertoire, ils travaillent à mettre en commun leurs références, leurs envies, leurs visions et leurs contradictions pour faire émerger des spectacles où se côtoient des formes diverses sur un fond qui veut toujours parler du monde qui les entourent, le questionner, et chercher des alternatives. Le groupe – dont la composition varie selon les projets – se retrouve alors autour de l’envie de créer ensemble, en mêlant danse, théâtre, chant, musique, cirque et performance, et en partageant des sources d’inspirations fortes et radicales, parmi lesquelles on retrouve Pina Bausch, Angelica Liddell, Rodrigo Garcia, William Shakespeare, Wim Vandekeybus, Romeo Castellucci, Sarah Kane, B-M Koltès ou encore Harold Pinter et Jon Fosse.


FACEBOOK

La Mutinerie est un collectif de jeunes artistes uni autour d’un désir commun: expérimenter les possibilités infinies du théâtre comme lieu de rêves, de voyages et d’une sublimation salvatrice. Formé en 2015, La Mutinerie a déjà présenté trois projets traitant d’un monde où la folie semble orchestrée. Des comédiens au service d’un conte où l’objet pauvre est roi.


FACEBOOK

Tragique et lumineuse, concrète et fantaisiste, la compagnie Singularités loge dans un paradoxe et interroge des thèmes générationnels dans des spectacles faisant la part belle à l’imaginaire. Ses spectacles explorent des émotions brutes et puisent toutes les ressources du son et de l’image. Musique, chant en direct, lumières et vidéos sont de véritables acteurs de ses créations.

Les comédiens qui la composent viennent de l’Atelier Juliette Moltes, de l’Ecole du Jeu, ou du Cours Florent. Le premier projet de la compagnie est la mise en scène de Toby, ou le saut du chien de Frédéric Sonntag par Sylvie Desbois, qui a reçu les prix du jury, prix du meilleur espoir féminin et de la meilleure actrice dans un second rôle lors de la 2e édition du festival le Printemps des Arts et fut repris à l’Auguste Théâtre.


SITE - FACEBOOK

Tragique et lumineuse, concrète et fantaisiste, la compagnie Singularités loge dans un paradoxe et interroge des thèmes générationnels dans des spectacles faisant la part belle à l’imaginaire. Ses spectacles explorent des émotions brutes et puisent toutes les ressources du son et de l’image. Musique, chant en direct, lumières et vidéos sont de véritables acteurs de ses créations.

Les comédiens qui la composent viennent de l’Atelier Juliette Moltes, de l’Ecole du Jeu, ou du Cours Florent. Le premier projet de la compagnie est la mise en scène de Toby, ou le saut du chien de Frédéric Sonntag par Sylvie Desbois, qui a reçu les prix du jury, prix du meilleur espoir féminin et de la meilleure actrice dans un second rôle lors de la 2e édition du festival le Printemps des Arts et fut repris à l’Auguste Théâtre.


SITE - FACEBOOK

La Compagnie KAMMA rassemble de jeunes créateurs, provenant de différentes filières artistiques, issues du théâtre, de la danse, des arts plastiques, du cinéma et du design graphique. Les créations proposées sont parfois hybrides et interdisciplinaires, parfois rattachées à un seul domaine de recherche et de création. Toutes sont en lien avec le monde, tentent de répondre aux questionnements provoqués par le contexte social actuel, ou de l’interroger, via des œuvres aux esthétiques et modes de production divers. Elles sont toutefois liées par une même éthique de partage, de recherche et de transmission. Telle une maison-mère, KAMMA souhaite défendre leurs différents projets, de la mise en place à la diffusion, tant au niveau local et régional, que national ou international. La compagnie KAMMA est particulièrement active théâtralement. Une grande partie de ses membres s’est en effet rencontrée au sein du Conservatoire Départemental Jean Wiener de Bobigny et/ou lors de créations théâtrales : celle de Médée Kali, de Laurent Gaudé, mise en scène par Margherita Bertoli et celle du Cabinet de curiosités de Fabrice Melquiot, mise en scène par Solène Cornu.
SITE-FACEBOOK

Créée en 1998, l’association Co-Arter agit pour un art toujours plus riche et créatif, visant à mettre en harmonie toutes les potentialités de l’humain et de la matière.

«Nous travaillons à l’art, et avec l’art, nous travaillons à la culture pour la renouveler, la démocratiser, l’élargir, la rendre plus participative».
Luis Pasina,
fondateur de l’association


Pour mettre en œuvre cette philosophie, L’association Co-Arter a choisi le nomadisme, avec les friches urbaines comme lieux éphémères «d’expérimentation-création».

Depuis 2003 chaque nouveau lieu a conservé le nom du premier lieu investi: Théâtre de Verre.

Le Théâtre de Verre, géré par Co-Arter, est un espace d’art pluridisciplinaire. ce sont 1800m² carrés dédiés à:
- la mise à disposition participative de 7 salles pour vos projets (salle de musique, de théâtre, de danse…)
- des cours et ateliers (théâtre, danse, taï chi…)
- des animations et spectacles originaux (soirées tango, concerts, bal populaire, spectacles variés…)

Il est formé au Cours Florent, puis à l’école Robert Hossein et enfin au CNSAD, dans la classe d’Antoine Vitez. Il joue pour ce dernier, et pour bien d’autres metteurs en scène de prestige, tel Bernard Sobel, Philippe Adrien, Jean-Pierre Vincent, ou encore Charles Tordjman. Très actif en tant qu’acteur également il travaille aux côtés de Claude Lelouch ou Pierre Richard par exemple. Il accumule les expériences au théâtre et au cinéma, mais aussi à la télévision et à la radio.

Parallèlement il s’investit dans une carrière de formateur en art dramatique, ayant donné des cours à l’Ecole du Passage de Niels Arestrup, à l’École du C.D.N. de Saint Etienne ou encore à la Sorbonne Nouvelle. Il est en ce moment professeur au Conservatoire du XIIIème arrondissement de Paris.

Sa grande expérience du jeu, dans ses différentes formes, et son approche d’enseignant, seront des atouts majeurs pour constituer un jury riche et complet. Très intéressé par la question du théâtre actuel et de la jeune création, son avis sera essentiel.


D’abord formée à l’École de l’acteur Florent, puis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Elle joue ensuite dans toute la France, mise en scène par de nombreux metteurs en scène de renom comme Jean-Pierre Vincent, Georg Büchner, Eric Vignier ou encore Roger Planchon, et ce dans des registres très variés. De plus elle intervient en tant qu’artiste professionnelle dans une classe de terminale en option théâtre.


Auteur, metteur en scène et comédien, Denis Lachaud commence à se faire connaître avec son premier roman, J’apprends l’allemand publié chez Actes Sud en 1998.

Depuis 2002, il est auteur associé au Centre Dramatique National d’Orléans (direction Arthur Nauzyciel).

Par ses différentes approches du théâtre, il saura enrichir notre réflexion, à la fois dans l’écriture, le jeu d’acteur et la mise en scène.


Comédien de renom, aussi au cinéma et à la télévision, Eric Frey est surtout un grand habitué de la scène ! Il a joué une soixantaine de pièces dans toute sa carrière, et passé dix ans à la Comédie-Française ! Mis en scène par une multitude de metteurs en scène célèbres, allant d’Antoine Vitez à Jean-Pierre Vincent, en passant par Patrice Kerbrat ou Anatoli Vassiliev, il est profondément ancré dans la scène française.
A côté de cela, il est également professeur au conservatoire du XIXème arrondissement.

Sa très grande habitude du jeu et sa qualité pédagogique apporteront un regard aiguisé sur la prestation des compagnies.


Diplômée en Sociologie à l’Université de la República de Montevideo, et spécialisée en méthodologie des projets sociaux à l’Université LUMSA à Rome, elle finit ses études avec un doctorat à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle.

Parallèlement, elle réalise des études de théâtre en tant que comédienne au Teatro Circular de Montevideo et de mise en scène à l’Ecole Multidisciplinaire d’Art Dramatique de Montevideo.

Aujourd’hui elle travaille avec « Un Festival à Villeréal », un événement artistique et collectif porteur de la liberté d’expression, révélateur de diversités et créateur de liens sociaux. Un festival à vivre « comme un projet théâtral qui se donne pour objectif de retourner à la vita activa dont parlait Hannah Arendt, c’est-à-dire, de retourner à la vie sur terre, ou bien, à la vie tout court. »

Sa formation universitaire couplée à son immersion dans l’univers de la création théâtrale, nourriront le jury d’une nouvelle dimension analytique. Théorique autant que pratique, son point de vue sera d’une grande valeur !
COPYRIGHT : LEAH COLD PICTURE FACEBOOK
COPYRIGHT : LEAH COLD PICTURE FACEBOOK
COPYRIGHT : LEAH COLD PICTURE FACEBOOK